24.4.14

Svenska till varje pris - SFI à tout prix

"Tout le monde parle anglais en suède. Même si je ne parle pas suédois, je trouverai du travail dans ma branche." C'est ce que je pensais mais c'est faux. Même en se concentrant uniquement sur des candidatures à des offres en anglais, vous arrivez comme moi à cette conclusion: apprendre le suédois est indispensable.

Entre deux profils de candidats, l'un parlant anglais et suédois, l'autre anglais français espagnol portugais (tiens, comme moi!), le recruteur choisira celui qui parle suédois. Car en arrivant en suède, on atterrit dans un autre univers de marché: le marché nordique. Peu importe que je parle les autres langues latines. Parler suédois est indispensable la plupart du temps car il ouvre les portes des autres pays du nord. Les VP expats qui disent "le suédois? pas besoin je l'utilise jamais, c'est pas la peine sauf pour comprendre un peu la culture c'est vrai c'est mieux". Bande de veinards, vous rendez-vous compte de votre situation? A moins d'avoir déjà les pieds en france dans l'entreprise qu'on convoite en suède ou d'avoir un sacré coup de bol, ou un piston (ça existe encore?), toi qui arrive en suède sans contrat en poche, tu vas devoir apprendre le suédois pour intégrer le marché du travail à Göteborg. 

Suédois à 6000 % :) ou pas?
Ok d'accord pour apprendre le suédois mais comment faire où aller? Tout dépend du temps que tu pourras / voudras y consacrer. Pour s'intégrer et comprendre la culture, pas la peine de suivre le SFI. Si ta moitié travaille pour la belle marque de camions suédoise, 3 heures de cours de suédois offerts aux conjoints suffiront. Sinon une méthode ASSIMIL fera l'affaire quoique un peu lente à mon goût. Moi au début je me suis laissée porter jusqu'à ce que je me rende compte que ça ne me suffirait pas. 
Pour ceux ou celles qui ne veulent pas dépendre de leur moitié, créez votre boîte. ça pourra faire l'objet d'un autre article, tiens! Si je ne trouve pas de poste, j'y réfléchirai sérieusement!

C'est quoi le SFI?
Pour les autres donc, ce sera un programme intensif. SFI...SFI...non ce n'est pas une faute de frappe, il s'agit d'un programme de l'état GRATUIT pour les étrangers qui souhaitent apprendre le suédois (Svenska för Invandare = Suédois pour les immigrés). J'en avais entendu parler. Ma seule crainte était de tout reprendre depuis le début et que ce soit trop lent. Et puis, de fil en aiguille, j'apprends qu'il existe un programme pour les étrangers ayant déjà fait des études supérieures: Högskolesparet ou SFI för högutbildare. Après tout c'est gratuit, alors je me suis inscrite (direction Rosenlundplatsen 2 pour l'inscription). Les cours ont lieu à Lindholmen, dans les locaux de la Folkuniversitetet, accessibles en ferry depuis Rosenlund:
Il y a une alternance entre cours de langues avec élèves de même niveau et cours "métier" avec niveaux mélangés. Ce qui est intéressant je trouve c'est que les cours "métier" (karriärgrupp) sont spécifiques à la branche: santé, économie, social...La première partie ce sont des cours de grammaire et vocabulaire (SFI basics de 4 à 6 semaines) puis on passe au niveau SFI C (12 semaines) puis SFI D (16 semaines) pour finir sur un niveau élevé de "Swedish As a Second language"(ou SAS) 1, 2 et 3 qui doit permettre d'entrer sur le marché du travail ou d'entrer à l'université (21 semaines) après l'examen final.

Hammam swidi, prêts pour une nouvelle vie?
Ma première semaine a été riche en émotions. Une organisation au top. Les explications seront données à la fois en anglais et en suédois. Heureusement parce que sinon, je n'aurai compris qu'un mot sur dix. Et puis oh surprise, il y a deux interprètes, perse et arabe. Bah oui. Certains ne comprennent pas l'anglais.  Finalement ça va aller pour moi...
Quel capharnaüm! Après avoir fait une phrase en suédois, puis reformulé en anglais, l'animateur doit s'arrêter pour que les deux interprètes puissent traduire simultanément dans leur langue respective. C'est ainsi que j'ai appris qu'en arabe l'immersion dans la langue suédoise se traduisait par "hammam swidi"! Il y a en effet énormément d'étrangers venant de pays en guerre (Afghanistan, Syrie...). Et en fait, très peu d'européens. Impressionnant. Cela met les choses en perspective. Ca permet de prendre du recul. De relativiser.

Pour moi la suède est  pour l'instant une étape, un passage. Si je n'apprends pas le suédois ce n'est pas si grave. Pour d'autres c'est presque une question de survie puisque certains ont fui un pays en guerre. Pour la majorité dans la salle, cette formation de langues signifie beaucoup: un bagage linguistique pour une nouvelle vie. Rien que ça.  C'est ce qu'a tenté d'illustrer à sa façon la TV réalité "Svenska till varje pris" (Le suédois à tout prix).

Des parcours différents. Des rencontres. Elodie et Lavinia qui sont là par amour. J'ai osé leur parler car je les ai entendu parler français...(c'est fou comme parler la même langue à l'étranger crée des liens rapidement!).

On est à la fois tous si différents: culture, langue, histoire, cause de notre arrivée en suède... Mais pourtant avec un but commun: apprendre le suédois pour nous intégrer, reprendre les études ou trouver un travail, construire sa vie ici. 

Je ne sais pas si je sortirai bilingue de ce programme mais quoiqu'il en soit c'est une expérience humaine intéressante. Ma maman ne s'intéresse pas beaucoup à la géographie, ni à la politique, ni à la géopolitique d'ailleurs. Mais ce qu'elle sait c'est qu'elle a fuit la dictature de Salazar et a galéré à son arrivée en France dans les années 70. Alors quand je lui ai raconté tout ça, elle m'a dit: "Eh ben dis donc, si j'avais eu ça quand je suis arrivée en France! Bravo la suède." La suède serait un autre modèle d'intégration à regarder de plus près. Mon petit doigt me dit que ce modèle suédois-là, la France ne le suivra pas... à cause de la crise, vraiment ?!

Aucun commentaire:

Publier un commentaire